Définir l'Ingénieur de demain...
 
Le 25 janvier au Centre des Congrès de Saint-Etienne, l’Ecole Nationale d’Ingénieurs de Saint-Etienne (ENISE) a organisé une conférence ayant pour thème « Ingénieur 2030 : Compétences et évolutions du métier de l’ingénieur ? Quels impacts sur la stratégie de l’ENISE ? ».
 
Les différents intervenants y ont décrit leur propre vision du métier de l'ingénieur et de ses évolutions. Les échanges ont permis de modéliser un "ingénieur 2030" adaptable, pluridisciplinaire et international, axe de la stratégie de l'ENISE pour les prochaines années.
 
Intervenaient à cette conférence : Jean-Jacques PAUZON, Conseiller municipal délégué – ville de Saint-Etienne ; Philippe WATILLON, Head of Technical Advisory and Competency - AIRBUS Defence & Space Management ; Philippe DONGUY, Directeur de Spie batignolles sud-est ; Géraldine AUBRY, PDG de Comefor ; Frank DEBOUCK, Directeur de l’Ecole Centrale de Lyon ; Philippe DE OLIVEIRA, Directeur Perspectives conseil - UIMM Loire ; Christophe PUPIER, Responsable Programmes de R&D - IREIS ; Céline VAREILLE, Déléguée Régionale Rhône-Alpes – FIM; Conclusion par Roland FORTUNIER, Directeur de l’ENISE, et Jacques BLANCHET, Elu en charge de l’apprentissage - Région Auvergne Rhône-Alpes.

Les ingénieurs de demain devront avant tout être experts dans leur domaine. Ils intégreront la notion de numérique dans leur travail. Les critères environnementaux et sociétaux seront également très importants comme le souligne Philippe WATILLON : « l’ingénieur doit se soucier de toute la vie d’un produit (de la création à la fin de vie) ».

Selon Philippe DONGUY, l’ingénieur devra se remettre en question et sera capable d’innovation. Il prendra en compte la complexité et l’activité liées au développement humain ainsi que le digital sous toutes ces formes.

Lors de la table ronde, les intervenants ont axé leurs discussions sur la place de l’ingénieur dans l’entreprise en précisant que l’ingénieur doit éclairer les dirigeants, s’adapter au marché qui évolue constamment. Ils doivent être davantage connectés et tournés vers le monde, comme le précise Franck DEBOUCK, en insistant sur l’importance du doctorat pour une carrière à l’international. Les compétences de l’ingénieur s’acquièrent en action. Il doit savoir utiliser les compétences qu’il a acquises lors de sa formation pour piloter des projets et créer les conditions favorables à l’innovation.

De gauche à droite : Géraldine AUBRY, Céline VAREILLE, Franck DEBOUCK, Philippe DE OLIVEIRA,  Christophe PUPIER,  Philippe WATILLON.

Roland Fortunier a ensuite présenté la stratégie de l’ENISE pour les prochaines années. L’ENISE s’est construite avec des valeurs technologiques comme vecteur d’excellence. Elle a su adapter sa pédagogie et son offre de formation afin de favoriser la réussite des élèves. Son association avec l’ECOLE CENTRALE DE LYON (ECL) permettra à l’ENISE de se positionner parmi les dix meilleures formations technologiques françaises en devenant une école de spécialité de l’ECL dans un projet commun nommé Centrale Lyon Technologies. Mr Fortunier rajoute que l’ingénieur 2030 développera ses compétences à l’international en intégrant le numérique et son environnement, conditions nécessaires pour être capable d’évoluer. Enfin, l’ingénieur doit oser ! Oser intégrer des grands groupes comme des PME. «Réalisez bien que l’avenir est devant» a conclus Jacques BLANCHET lors de cette conférence.


De gauche à droite : Géraldine AUBRY, Philippe DONGUY, Céline VAREILLE, Philippe WATILLON, Roland FORTUNIER, Christophe PUPIER, Jacques BLANCHET, Franck DEBOUCK.

ENISE Ecole nationale d'ingénieurs de Saint-Etienne
  • Diminuer la taille du texte
  • Réinitialiser la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

English (UK) Français (FR)