L’ENISE et son réseau de partenaires fabriquent du matériel de protection pour le CHU de Saint-Etienne

Face à la pandémie de Covid 19, l’ENISE et le Lycée de Givors se mobilisent. Ils ont répondu jeudi 2 avril à l’appel du CHU de Saint-Etienne. La Chaire Impression 3D a fabriqué une centaine de supports de visières de protection dans le FabLab de l’école, situé sur le site rue des Aciéries, grâce aux imprimantes 3D disponibles sur place. Des essais sont par ailleurs en cours pour adapter les masques de plongée Decathlon.

« Nous avions déjà des liens avec le CHU de Saint-Etienne par l’intermédiaire de l’un de nos doctorants, Cyril Bertheaux, qui prépare une thèse dans le domaine du génie sensoriel », explique le professeur Philippe Bertrand, enseignant chercheur au LTDS et responsable de la Chaire Impression 3D. « L’hôpital connait nos moyens de recherche et savait que nous avions les dispositifs pour imprimer en 3D. Dr Charier, du service de réanimation, nous a donc sollicité », poursuit le chercheur. « En veille sur les réseaux depuis plusieurs semaines, je savais qu’on était capable de fabriquer certaines pièces. Nous étions prêts à agir. »

100 premiers supports fabriqués

Ces visières de protection protègent les soignants des malades infectés par le COVID-19. Elles sont fabriquées à l’aide de feuilles intercalaires transparentes recourbées autour du visage du médecin ou de l’infirmière. « Nous fabriquons la pièce qui permet à la visière d’être maintenue sur le visage. C’est un matériau en polymère (ABS et PLA) », précise le Prof. Philippe Bertrand. 100 premiers supports ont été fabriqués. « Les soignants vont tester l’aspect sanitaire de ces visières (nettoyage et désinfection). Si tout fonctionne bien, nous fabriquerons des supports supplémentaires pour quatre autres services de réanimation », ajoute le responsable de la Chaire Impression 3D.

Quatorze personnes sont membres de l’équipe Projet au sein de l’ENISE dont au niveau de la production trois enseignants-chercheurs (Prof. Philippe Bertrand, Maria Doubenskaia, Alexandru Ivan), un doctorant (Cyril Bertheaux), un responsable de la production (Pierre Philippe Elst) ainsi que deux doctorants (Maxime Beal et Kevin Papy) et un ingénieur ENISE (Quentin Ponchon). Du personnel supplémentaire et des étudiants pourraient être mobilisés en complément pour répondre au besoin urgent en matériel du CHU.

Les gestes barrières sont bien entendus respectés. Tous se relaient pour réaliser les impressions en 3D. Une caméra a été installée dans notre FabLab pour s’assurer qu’une seule personne en même temps se trouve dans la salle et deux autres caméras permettent, dans notre confinement,  de surveiller la production. Quatre machines sont mobilisées sur site, une chez un enseignant chercheur ainsi que trois autres chez nos doctorants et ingénieurs confinés. « Nous sommes capables d’imprimer une trentaine de pièces par jour », précise le Prof. Philippe Bertrand. Ces équipements de pointe ont été financés par la Métropole de Saint-Etienne, le département de la Loire et la région Auvergne Rhône-Alpes dans le cadre de la Plate-forme ADDIFAB.

Des essais en cours pour adapter les masques de plongée Decathlon

En complément de ces visières de protection, le FabLab de l’ENISE, en collaboration avec la plateforme ID Pro du Lycée de Givors (Marc BenBahi), est en train de mettre au point un adaptateur pour les masques de plongée Decathlon, afin de permettre l'entrée de l'air. Ces masques, détournés de leur usage initial, sont destinés aux médecins qui ont besoin d’être parfaitement protégés lorsqu’ils intubent un malade infecté. Les premiers essais sur un masque, aimablement offert au consortium par M. Guérin, habitant Saint Etienne, vont se dérouler ce vendredi 3 avril.

 

 

 

ENISE Ecole nationale d'ingénieurs de Saint-Etienne
  • Diminuer la taille du texte
  • Réinitialiser la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

English (UK) Français (FR)