Actualités

Partenariat avec PCI SCEMM, le rodage, un procédé de super finition

Partenariat avec PCI SCEMM – Le rodage, un procédé de super finition

L’ENISE et l’entreprise PCI SCEMM de Saint-Étienne ont mené ensemble un projet de recherche portant sur le rodage, un procédé de super finition des cylindres de moteurs.

A l’origine de ce partenariat : Frédéric Cabanettes, maître de conférences en génie mécanique, et Cyrille Urville, ingénieur en R&D process à l’usine PCI SCEMM, constructeur de  lignes d’usinage clefs en main pour l’industrie automobile : culasses, blocs moteur...

PCI SCEMM conçoit des machines de rodage et des centres d’usinage pour la production de pièces automobiles. En 2015, PCI SCEMM souhaitait transférer les opérations de rodage directement dans des centres d’usinage afin de réduire la superficie des ateliers de production et d’augmenter la flexibilité des moyens de production. En effet, ces centres d’usinage/rodage produisent actuellement des moteurs thermiques ; demain, ils produiront très certainement des pièces pour des véhicules électriques ou à hydrogène. Un vaste programme R&D a donc été lancé afin de mesurer et analyser la technologie de rodage sur un centre d’usinage avec le LTDS de l’ENISE, dont les compétences en superfinition des surfaces sont reconnues.

Le rodage est un processus d’enlèvement de matière par abrasion, sorte de « super polissage » qui nécessite d’effleurer la surface petit à petit. Depuis son origine, ce procédé est réalisé sur des machines très spécifiques appelées rodeuses. « Le métier de rodeur repose sur un savoir-faire très spécifique. Il n’y a qu’une poignée d’experts en France dans ce domaine. Nous avons donc voulu démystifier cette technologie, qualifier et quantifier les mécanismes du procédé de rodage afin de pouvoir l’optimiser », explique Cyrille Urville, diplômé de l’ENISE (promotion 2010) en Génie mécanique « Procédés et modélisation de fabrication ».

Une prouesse technologique
Un banc d’essai original a été développé sur le site des aciéries entre 2017-2018.
« Les essais ont permis de mieux comprendre la période de l’accostage, le moment où la pierre entre en contact avec le cylindre », précise Frédéric Cabanettes. La prouesse technologique réside dans le fait que l’outil se déplace à une vitesse de quelques microns par minutes. « Il fallait régler la façon dont la pierre accoste/frotte sur le cylindre de façon très précise », poursuit le maître de conférences. Frédéric Cabanettes a travaillé sur ce projet avec Joël Rech, Professeur des Universités en Génie mécanique et Mehmet Cici, technicien pour la programmation machine et la réalisation d’essais. « Tout ce processus avec l’ENISE nous a permis d’optimiser le procédé et de faire du prédictif grâce à des mesures physiques, notamment par de la mesure d’efforts... » poursuit Cyrille Urville.

Pour les constructeurs automobiles, le fait d’intégrer directement le procédé de rodage sur un centre d’usinage standard présente des avantages économiques et apporte davantage de flexibilité sur les usages possibles de cette machine. Le procédé va être déployé dans quelques mois dans une usine PSA à Kaluga, en Russie.

« Nous continuons à travailler avec PCI SCEMM. Nous espérons proposer ensemble une thèse et monter un LabCom (laboratoire commun) », indique Frédéric Cabanettes. « Il y a tout un tas d’actions que l’on peut mener dans le même état d’esprit, sur l’état de santé des matières qui dépend d’un savoir-faire très particulier et qui est maitrisé seulement par une poignée d’experts », conclut Cyrille Urville.

Insertion professionnelle 2020

Insertion professionnelle 2020

Attractivité des jeunes diplômés de l’ENISE confirmée sur le marché de l’emploi

Les résultats de l’enquête s’appuient sur des remontées d’information réalisées entre janvier et mars 2020. Les effets de la crise sanitaire du Covid-19 et du confinement n’apparaissent donc pas dans ces résultats

Dans le cadre de l’enquête annuelle d’insertion professionnelle des jeunes diplômés réalisée par la Conférences des Grandes Ecoles, les ingénieurs ENISE de la promotion 2019 ont été interrogés sur leur premier emploi.
Avec un taux d’insertion de 93%, la promotion 2019 confirme l’attractivité de nos jeunes ingénieurs sur le marché de l’emploi, en nette augmentation par rapport au taux moyen d’insertion nationale de 71.9%. L’accès au marché de l’emploi est rapide, car 94% des diplômés en activité professionnelle ont trouvé leur premier emploi en moins de 2 mois après la sortie de l’école. Le stage de fin de cursus est un bon tremplin pour le premier emploi, car 79% des diplômés en poste ont obtenu leur emploi avant l’obtention du diplôme.  
Nos jeunes diplômés ont accès à un emploi stable, 85% d’entre eux sont embauchés en CDI.
Pour les diplômés en Génie Civil, le domaine de la construction et du BTP est le secteur le plus représenté (66%), suivi par les sociétés de conseil et les bureaux d’études (31%)
Pour les diplômés en Génie Mécanique, les principaux secteurs d’insertion sont les sociétés de conseil et les bureaux d’études (30%), l’industrie automobile, aéronautique, navale et ferroviaire (19%) et le domaine de la métallurgie et de fabrication de produits métalliques (19%)
Pour les diplômés en Génie Physique, les bureaux d’études et la recherche et développement sont les domaines les plus représentés (64%)

 


 

Thibault AGIUS et Eddy BERNOU

Deux futurs diplômés de l’ENISE se lancent dans l’entrepreneuriat !

Passionnés par les procédés de fabrication, Thibault AGIUS et Eddy BERNOU, en 5ème année Génie Mécanique, ont choisi la fabrication additive métallique et plus précisément le procédé WAAM (Wire Arc Additive Manufacturing) pour créer leur société. Leur objectif est ambitieux : devenir le premier sous-traitant français spécialisé dans la production WAAM.

Le WAAM est un procédé de fabrication additive dérivé de la soudure à l’arc. Le principe est très simple : la matière est apportée sous forme de fil qui sert également d’électrode pour créer un arc électrique avec le substrat. Cet arc permet de fondre le matériaux d’apport, créant ainsi des cordons de soudure qui, une fois empilés, forment des pièces. « Plus simple de mise en œuvre, plus respectueux de la santé des opérateurs et surtout beaucoup plus économique que les procédés par lasers et poudres, le WAAM tend à prendre de plus en plus de place dans le monde de l’additif », assurent les deux jeunes entrepreneurs.

Titulaires du Statut National d’Etudiant Entrepreneur (SNEE), Eddy et Thibault développent leur projet depuis octobre 2019 au sein de l’ENISE, d’abord dans le cadre de leur projet technique de cinquième année puis lors de leur Projet de Fin d’Etudes (PFE), soutenu et financé par la Fondation ENISE au travers de la Chaire Impression 3D.

Après une période difficile durant le confinement, les deux porteurs de projet ont tout mis en œuvre pour concrétiser leur idée en réalisant une première campagne d’essais WAAM au sein de la PTER du site des Aciéries. De nombreux démonstrateurs ont pu être réalisés dans différents matériaux en seulement cinq semaines. Leur pièce maîtresse reste ce sublime vase conçu et fabriqué en acier inoxydable. Leurs autres réalisations sont visibles sur leurs comptes LinkedIn respectifs : Eddy BERNOU, Thibault AGIUS.

Eddy BERNOU (à gauche) et Thibault AGIUS (à droite) devant l’installation WAAM
Vase en acier inoxydable réalisé en WAAM

Nos deux futurs diplômés se sont d’ores et déjà fait une place dans le monde encore restreint du WAAM. Ils entendent poursuivre sur cette lancée et sont actuellement en pleine recherche de soutiens industriels pour appuyer le démarrage de leur activité.

Contacts :  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. , Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. .

Organisation rentrée 2020-2021

Organisation de la rentrée 2020-2021

Les consignes suivantes sont conformes avec la circulaire ministérielle du 11 juin 2020 intitulée « Orientations pour les opérateurs du MESRI relatives à la préparation de la rentrée universitaire 2020 ».
Les mesures proposées sont susceptibles d’évoluer en fonction de l’évolution sanitaire.

Comment se déroule la rentrée ?

Dans le contexte des contraintes sanitaires actuelles et afin de pouvoir nous adapter au mieux à d’éventuels changements liés à l’évolution de la situation actuelle, la rentrée 2020-2021 à l’ENISE se fera avec un mode hybride présentiel/distanciel.

La répartition des cours sur place ou à distance est organisée selon les emplois de temps, pour permettre le respect des mesures sanitaires et de la distanciation physique.

Quelles sont les consignes générales applicables à l’ENISE ?

  •     Distanciation physique à respecter (1m latéral)
  •     Port du masque obligatoire. L’ENISE n’est pas responsable de la fourniture de masques aux étudiants.
  •     Gestes barrières : Le lavage régulier des mains au savon ou l’utilisation de gel hydroalcoolique est conseillé
  •     Marquage au sol du sens de circulation à respecter
  •     En cas de symptômes de COVID-19 :
    •         rester chez soi et se faire dépister
    •         si les symptômes apparaissent en cours, se rendre à l’infirmerie
    •         dans l’éventualité d’un « cas contact », prévenir l’infirmerie qui informera de la marche à suivre
    •         Toute absence liée au COVID suit la procédure habituelle de justification d’absence
  •  L’application de traçage StopCovid est disponible pour téléchargement gratuit, pour ceux qui le souhaitent

Quelles sont les consignes applicables en cours ?

  •     Des salles de cours affectées à un groupe sur une demi-journée
  •     Port de masque est obligatoire en cours
  •     Du gel hydroalcoolique disponible à l’entrée de toutes les salles de cours
  •     Distanciation  physique d’1m latéral à respecter (hors TP)[1].
  •    Pour les TP, les étudiants sont répartis dès leur entrée sur différents postes de travail par l’enseignant et/ou le technicien. Le respect des consignes données par l’enseignant et/ou le technicien est obligatoire
  •     Dans les salles ne disposant pas d’une VMC, les fenêtres (et éventuellement la porte d’entrée) resteront ouvertes
  •     Les étudiants peuvent être invités à nettoyer leur poste de travail

Quels sont les consignes en dehors des cours ?

  •     Aucune salle libre-service (informatique ou simple salle de cours) ne sera mise à disposition
  •     Les pauses (inter-cours) peuvent être prises à l’extérieur, en limitant le brassage des groupes entre eux et en respectant la distanciation physique. Les étudiants sont toutefois encouragés à rester dans les salles de cours pendant les pauses (port du masque si plus de distanciation)
  •     Les brassages de groupes à l’intérieur sont interdits, en particulier dans le hall d’entrée et le hall GC. Les distributeurs sont condamnés, ainsi que les fontaines à eau. Prévoir son propre récipient (bouteille d’eau ou gourde)
  •     L’accès à la bibliothèque est réservé en priorité aux primo-entrants (1GX, FISE S5 AST & CPGE, FISA S5, étudiants étrangers, licence GC). Les places sont limitées pour permettre la distanciation physique. En arrivant, les étudiants doivent s’inscrire sur un registre avec leur nom, la date et l’heure de leur arrivée
  •     Tous les étudiants sont invités à respecter les mêmes gestes barrières hors ENISE qu’à l’ENISE

Restauration

  •     Les étudiants sont invités à s’organiser pour déjeuner en dehors de l’école (cafet, CROUS, chez soi). S’ils amènent leur repas, ils devront le consommer dans les parties extérieures de l’école

[1] Tout étudiant qui ne respectera pas les consignes sera convoqué par la directrice des études pour une mise au point et éventuellement l’engagement de sanctions.

Réalité virtuelle et augmentée

L’ENISE à la pointe en réalité virtuelle et augmentée
Mieux comprendre pour mieux apprendre !


L’une des spécificités de l’ENISE est de développer ses propres applications en réalité virtuelle ou augmentée comme supports pour des TD de chimie, mécanique du solide et génie civil.

Deux applications, financées par l’Université de Lyon dans le cadre d’un appel à projet Innovation pédagogique, seront prêtes pour la rentrée prochaine en chimie et en mécanique du solide.
« L’objectif est de donner un support complémentaire aux enseignants afin de faire comprendre aux apprentis des concepts fondamentaux parfois perçus comme  abstraits », explique Patrick Baert, responsable de l’activité réalité virtuelle (XVR). Les élèves ingénieurs ont ainsi la possibilité de travailler sur des cas concrets. Une application de réalité augmentée*, téléchargeable sur smartphone, leur permet de visualiser une grue avec une masse au bout d’un câble. « Si le calcul de la trajectoire de la masse est incorrect, ils se rendent tout de suite compte qu’il y a un problème », indique l’ingénieur en génie mécanique. L’application, MSI_APP, a été développée par Rudy Njeujip Kouaja, étudiant en 4e année. Elle sera disponible en Open Source.

Un autre logiciel, conçu par Avédis Melkonian, lui aussi en 4e année, sera mis en place dans les TD de chimie. Grâce à un casque de réalité virtuelle, les les élèves vont pouvoir comprendre les trajectoires des orbitales atomiques. « A la place d’un dessin en 2D sur un tableau, l’apprenti va pouvoir visualiser en 3D le comportement des électrons dans un atome », poursuit Patrick Baert.

La réalité virtuelle prend aussi tout son sens dans le domaine du  génie civil. Opérationnel depuis la rentrée 2019, un troisième logiciel simule l’acoustique d’un bâtiment en fonction des matériaux utilisés. « Les étudiants entendent les répercussions du bruit selon le matériau choisi pour une cloison. Le logiciel leur permet de calculer la variation du niveau sonore d’une pièce à l’autre. » Ces logiciels et applications, développés par les étudiants de génie physique, sont demandés par les enseignants d’autres filières et viennent ainsi compléter l’offre de formation en chimie et génie mécanique. Un bel exemple de collaboration !

*La réalité augmentée désigne une interface virtuelle qui vient enrichir la réalité en y superposant des informations complémentaires. Les enseignants utilisent de plus en plus cette technologie. Elle permet aux étudiants de visualiser en 3D des données complexes.

Patrick Baert est ingénieur en génie mécanique. Il a rejoint l’ENISE en 2007 pour faire de l’innovation. Il est aujourd’hui responsable de l’activité réalité virtuelle (XVR)
 

ENISE Ecole nationale d'ingénieurs de Saint-Etienne
  • Diminuer la taille du texte
  • Réinitialiser la taille du texte
  • Augmenter la taille du texte

English (UK) Français (FR)